Ensemble pour l'avenir de la langue !

Les compte-rendus de la commission développement durable pouvoirs locaux

COMMISSION DEVELOPPEMENT DURABLE ET POUVOIRS LOCAUX – CONVENTION DU FORUM D’OC SAINT MAXIMIN le 14 Avril 2018

COMMISSION DÉVELOPPEMENT DURABLE, POUVOIRS LOCAUX

Comte rendu de commission

Thème de la Convention : Promouvoir l’occitan-langue d’oc dans les programmes d’action des Parcs naturels.

Présidents de commission : Glaudi HOLYST – Miquèu BENEDETTO

La Commission s’est réunie en présence de participants extérieurs impliqués dans les Parcs naturels :

  • Mme Suzanne GIOANNI co-directrice du PRN du Verdon
  • M. Hervé GUERRERA ancien Conseiller Régional, Prédisent de l’Oustau de Prouvènço à Aix en Provence
  • Mme MEJAN référente pour le PRN des Baronnies
  • M. Michel BUISSON du CREDDO de Graveson, référent du PRN des ALPILLES
  • M. Michel ARNAUD de l’IEO membre de la commission culture du PRN de la SAINTE BAUME

Après présentation des participants, les échanges avec les retours d’expérience, la commission retient que :

1/ des actions dans le cadre de la promotion de l’occitan-langue d’oc sont déjà menées dans les Parcs, mais pas abouties, ou qu’elles manquent de visibilité.

2/ pour le cas et l’exemple du Parc du VERDON, il y a un manque de l’expression de la culture provençale par absence de représentants / référents suffisant. Malgré tout le Parc reste à l’écoute, et s’implique avec son personnel compétent (3 locuteurs dans le personnel du Parc).

3/ au témoignage des présents, plusieurs Parcs sont ‘’refroidis’’ par les querelles entre les mouvements impliqués dans la défense de la langue, querelles qui sont restées souvent dans les mémoires. Volonté des Parcs de satisfaire le maximum de monde et donc de ne pas donner le sentiment qu’ils prennent parti.

3/ il y a un complexe de ‘’l’expression provençale’’ devant les structures des Parcs (techno-structures) où le volontariat associatif n’a pas les moyens souvent de s’impliquer autant qu’il le faudrait.

4/ les atouts de la présence de l’occitan-langue d’oc dans les Parcs sont conséquents et ils mériteraient d’être utilisés :

  • intérêt formel du touriste qui a le sentiment de découvrir en profondeur le territoire
  • réveil d’un sentiment d’appartenance à un territoire pour les habitants du Parc qui ont entendu la langue dans leur enfance
  • fait générateur d’un soutien et d’une implication de leur part aux actions des associations qui défendent l’occitan-langue d’oc
  • identification possible de ‘’locuteurs – mémoires’’ qui restent cachés ( timidité – désabusés )
  • réveil favorisé de l’acte de transmission de l’ancêtre à son descendant, réactivation de la transmission familiale, problème majeur de la perte des langues régionales
  • facteur d’intégration sociale (pour le néo-Provençal, le milieu défavorisé au plan culturel, etc.)
  • participe à la mise en valeur du caractère identitaire d’un territoire, ce qui est favorable entre autre à l’économie de production locale qui cherche toujours à se démarquer.
  • L’action d’un Parc dans la présence de la langue régionale est un bon soutien au niveau des scolaires qui plus ou moins reçoivent encore une sensibilisation en classe (enlève le caractère virtuel d’un enseignement qui n’aurait pas de présence dans la vie de tous les jours)

En conclusion, nécessité de mettre en place une action concertée pour aller à la rencontre des Parcs naturels (identification de référents) et faire remonter ‘’l’expression provençale’’ qui est insuffisante, sachant que la période est très favorable dans la mesure où plusieurs Parcs vont renouveler les chartes qui guident leur action. 

Glaudi HOLYST

Miquèu BENEDETTO

 

Compte-rendu commission développement durable, pouvoirs locaux (8 octobre 2016)

CONVENTION DU FORUM D’OC À PUYLOUBLIER LE 8 OCTOBRE 2016

COMMISSION DÉVELOPPEMENT DURABLE, POUVOIRS LOCAUX

La Commission s’est réunie en plénière le 4 Décembre 2015 à Aix, et l’équipe permanente s’est réunie une dizaine de fois depuis la convention de Gassin en Mars 2015.

Les chiffres des adhésions au Forum sont actuellement, pour un total de 190 adhérents :

– 131 associations et syndicats

– 15 collectivités territoriales

– 13 entreprises

– 31 élus ou artistes à titre individuel

– une dizaine de contacts en passe d’aboutir

Les thèmes à traiter sont :

– l’exploitation du questionnaire à adresser aux membres et participants aux groupes de travail pour connaître leurs possibilités de favoriser les adhésions ;

– l’aide que nous pouvons apporter à ceux qui s’engagent dans la prospective ;

– la présentation du label Regaloc et du diplôme d’adhésion ;

– l’argumentaire pour le contact avec les entreprises et groupements économiques ;

Chacun de vous pourra informer le groupe de ses démarches et propositions, et demander éventuellement un appui à ses projets.

Entre autres informations, nous pourrons nous appuyer sur les débats tenus cet été à l’Ecole Occitane en Provence où une journée d’échanges a eu lieu sur le thème de la langue dans le développement durable.

Nous aurons aussi à faire des propositions pour le Congrès de Digne.

La question primordiale est de se demander comment on peut amener les politiques publiques à mieux prendre en compte la langue, et comment massifier la démarche. Le Forum commence à avoir les bases d’un argumentaire. Mais les adhésions continuent à se faire de façon opportuniste. Comment les favoriser, comment outiller nos relais locaux, comment faire tache d’huile, quelles erreurs éviter ?

On prend l’exemple des approches qui ont été menées : à l’égard d’un média, Haute Provence Infos ; à l’égard de plusieurs entreprises d’Auriol. Ce secteur reste encore peu développé. Il arrive qu’une démarche permette d’en initier une autre : ainsi la démarche auprès du journal a permis d’avancer vers l’adhésion d’une commune.

L’outil actuellement réalisé est le dossier. La Charte démontre que le Forum ne se construit pas en opposition, mais est ouvert à tous les courants culturels promouvant l’occitan-langue d’oc. Il manque encore au Forum une démarche qui pourrait amener les associations à avoir une stratégie d’expansion. On a surtout agi dans le domaine des collectivités.

Le questionnaire qui sera proposé à tous les membres répond au besoin de se faire connaître ; si les groupes locaux ont besoin d’aide, ils doivent pouvoir en appeler au Forum dans son ensemble.

Le milieu de la ruralité est plus facile d’accès, et il y a des milieux professionnels plus ouverts aux perspectives du Forum : ainsi la production biologique, qui a besoin de garanties d’authenticité.

Les institutions telles que les Parcs Régionaux sont aussi des champs d’action privilégiés. En témoigne l’action engagée dans le projet de la Sainte Baume, et le Parc du Verdon devrait être une nouvelle cible, qui s’étendrait progressivement aux autres.

Les dernières adhésions

Mairie de Nice (06)

A Nòstra Mòda à Nice (06)

Mairie de Levens (06)

Mairie de Puget sur Argens (83)

Christiane Oskanian, 1° Adjointe à Ventabren (13)

Les Comptoirs de la Bio à Fréjus (83)

Réseaux sociaux